© 2019  Tous droits réservés

ConcertAction Femmes Estrie

Élections fédérales 2019 | Plateforme de revendications

Pour la justice, la dignité et l'égalité

de toutes les femmes dans leur diversité

Revendications en bref

Faites défiler la page

pour découvrir les

six thématiques

1. Pour une retraite juste et égalitaire de toutes les femmes!

Les femmes vivent encore de grandes disparités sur le marché du travail. Elles sont deux fois plus nombreuses à occuper des emplois à temps partiel aux horaires atypiques, pour lesquels la rémunération frôle souvent le salaire minimum.

Elles sont plus nombreuses à consacrer des heures de travail non rémunérées dans la sphère domestique et à titre de proche aidante. Elles occupent aussi plus d’emplois dans des métiers traditionnellement féminins, par exemple dans les secteurs publics. Comme l’écart salarial entre les femmes et les hommes atteignait 3$ en faveur des hommes en 2018, la perspective de la retraite ne s’avère guère de meilleur augure.

2. Pour une solidarité avec les femmes autochtones!

C’est avec détermination, courage et amour que les communautés autochtones dénoncent les situations de violence vécues par les femmes autochtones depuis trop longtemps. 


Racisme, climat d’impunité, manque de ressources adaptées et d’accès à la justice... Des centaines de témoignages sont consignés dans des rapports de commissions d’enquête fédérales, provinciales et d’organismes non-gouvernementaux. Le gouvernement du Canada a entre ses mains de précieux outils pour l’accompagner dans la mise en œuvre de politiques concrètes pour améliorer les conditions de vie des femmes, des filles autochtones et de leurs communautés. 

3. Pour le respect des droits des femmes migrantes et des travailleuses domestiques!

 

On estime qu'il y a environ 250 000 femmes migrantes à statut précaire au Canada,

dont 40 000 se trouveraient à Montréal.

Une femme migrante à statut précaire est une personne née dans un autre pays qui possède soit un statut migratoire ni permanent, ni garanti, ou bien aucun statut. Parmi elles, on retrouve des femmes en attente d’une décision pour un statut de réfugiée, des travailleuses agricoles,  des travailleuses domestiques et des étudiantes. 

 

4. Pour le droit inaliénable des femmes à l'autonomie de leurs corps!

Au niveau fédéral, plus de 40 motions visant à attaquer ou limiter le droit à l’avortement ont été déposées depuis 1988. 

Avec l’arrêt Morgentaler en 1988 – un jugement historique – l’avortement est complètement décriminalisé par la Cour suprême du Canada. Cette dernière statuera le 8 août 1989 qu’il n’y a que la femme qui peut décider de mener ou non sa grossesse à terme. 

Au-delà de ces dispositions législatives, la notion du choix est surtout une question de justice sociale : pour faire un choix, il faut d’abord avoir les moyens de le faire.

5. Pour une représentation paritaire des femmes en politique!

Il n’y a que 27% de femmes élues à la Chambre des communes. Avec ce faible pourcentage, le Canada se positionne au 60e rang mondial au tableau de l’Union interparlementaire.

 

L’objectif de la parité entre les femmes et les hommes est de lutter contre les inégalités systémiques creusées par des années de gouvernance patriarcale. Elle peut notamment être inscrite dans un programme politique, dans une politique publique, dans une loi, etc. Elle s’applique autant en politique que dans des entreprises, des organismes communautaires, des services publics, au niveau des salaires, des emplois, des études.

6. Pour un encadrement plus strict des compagnies minières canadiennes!

Le Canada compte environ la moitié des sociétés d’exploitation minière et d'exploration cotées en bourse à l'échelle mondiale. Ces sociétés détiennent 80% des actifs miniers à travers le monde et étaient présentes dans 101 pays en 2017. 

Traditionnellement masculin, les métiers de l'industrie minière renforcent une division sexuelle du travail où l’homme est le principal pourvoyeur alors que la femme est responsable du travail domestique. Les femmes sont alors plus susceptibles de vivre de l’isolement et des situations de dépendance. L’afflux massif de mineurs dans les  communautés, la circulation de beaucoup d’argent et la consommation crée des fractures sociales importantes. Les cas de violences conjugales et de toutes sortes envers les femmes augmentent de façon alarmante. 

 

Les femmes sont à l’avant-plan des luttes contre les minières. Elles voient et vivent au quotidien les conséquences de l’exploitation minière qui affecte l’environnement et la cohésion communautaire.
 

« De travailleuses à chômeuses, même injustice, même combat »

Nous appuyons sans réserve les revendications de la campagne du Mouvement autonome et solidaire des sans-emploi (MASSE) pour une assurance-chômage qui ne discrimine pas les femmes.

  • Abaisser le seuil d’admissibilité à 350 heures ou 13 semaines;

  • Établir un seuil minimal de 35 semaines de prestations;

  • Augmenter le taux de prestations à 70 % basé sur les 12 meilleures semaines de salaire;

  • Indexer annuellement les paliers de revenu du supplément familial (avec réajustement rétroactif à partir de 1997), calculé à partir du revenu individuel et non familial;

  • Abolir les exclusions totales en cas de départ volontaire et d’inconduite;

  • Accéder aux prestations régulières d’assurance-chômage, en cas de perte d’emploi, sans égard aux prestations maternité/parentales/paternité versées.


Pour plus d’information sur cette campagne :

www.lemasse.org/category/femme/

« Ottawa doit concentrer ses investissements dans le logement social»

Nous appuyons sans réserve les revendications de la campagne du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) pour le droit au logement .

  • Investir au moins 2 milliards $ par année dans la construction de nouveaux logements sociaux;

  • Dédier l’essentiel des sommes prévues dans la Stratégie canadienne sur le logement au logement social, notamment pour rénover des logements privés en mauvais état et les transférer à des coopératives ou des OBNL d’habitation;

  • Garantir tous les fonds nécessaires pour rénover, améliorer et moderniser les logements sociaux déjà construits, de même que pour maintenir les loyers des ménages pauvres qui y habitent à moins de 30 % de leur revenu.

 

Pour plus d’information sur la campagne :

http://www.frapru.qc.ca/ottawa/