Vous êtes sur le site officiel de ConcertAction Femmes Estrie.
A A A
Entente sectorielle de développement en matière d’égalité entre les femmes et les hommes dans la région de l’Estrie

Entente sectorielle de développement en matière d’égalité entre les femmes et les hommes dans la région de l’Estrie

Conformément à la Stratégie gouvernementale pour l’égalité entre les femmes et les hommes vers 2021, qui vise à soutenir des projets concrets d’envergure locale, régionale et nationale, le Secrétariat à la condition féminine a procédé à la signature d’une entente sectorielle de développement en matière d’égalité entre les femmes et les hommes avec des partenaires de la région de L’Estrie afin de réaliser des projets en lien avec les orientations suivantes :

 

  • Orientation 1 : Ensemble pour une socialisation et une éducation égalitaires, sans stéréotypes sexuels et sans sexisme.
  • Orientation 2 : Ensemble pour l’autonomisation économique des femmes.
  • Orientation 3 : Ensemble pour un partage équitable des responsabilités familiales et un meilleur équilibre entre la vie professionnelle, familiale, étudiante, sociale et politique.
  • Orientation 4 : Ensemble pour une approche différenciée selon les sexes en santé et en bien-être.
  • Orientation 5 : Ensemble pour une société sans violence faite aux femmes.
  • Orientation 6 : Ensemble pour la parité dans les lieux décisionnels.

L’égalité entre les sexes est une valeur fondamentale de la société québécoise et un facteur de développement et de prospérité, tant sur le plan économique que social. L’atteinte de l’égalité de fait entre les femmes et les hommes ne serait pas possible sans la contribution de toutes et de tous. La mobilisation de tous est un aspect incontournable tant en ce qui concerne les enjeux d’égalité que la lutte contre la violence faite aux femmes.

 

Au niveau provincial ce sont cinq nouvelles ententes dans des régions différentes  qui seront soutenues dans le cadre d’un projet pilote d’une durée de deux ans. Ces ententes permettront à chaque région de poursuivre ses propres objectifs en matière d’égalité des sexes et de mettre en œuvre des projets concrets qui permettront de faire avancer les femmes dans la société. Une aide financière de 1 million de dollars sera répartie dans cinq régions, soit le Centre-du-Québec, la Chaudière-Appalaches, la Côte-Nord, l’Estrie et les Laurentides.

 

Les projets réalisés dans le cadre de ces ententes tiendront compte des spécificités régionales. Ces ententes sectorielles ont pu être signées grâce à un partenariat entre le Secrétariat à la condition féminine, le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation, les tables de concertation régionales de groupes de femmes de quatre régions ainsi que certaines des municipalités régionales de comté (MRC) et villes des régions concernées. Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) est également partenaire de deux ententes et le conseil des préfets et des élus, d’une autre entente.

source : http://www.scf.gouv.qc.ca/

Sur les médias sociaux ! 

https://www.facebook.com/ConditionFeminineQc

https://twitter.com/scf_quebec 
https://www.youtube.com/channel/UCoMdtXs_Fw9o_8ASqKGTNew

 

Contenu original :

http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/September2020/04/c4046.html

Description des projets retenus :

Des entreprises outillées pour intégrer et retenir les Estriennes en emploi

ConcertAction femmes Estrie (CAFE) fournira aux entreprises la liste des programmes existants qui visent à faciliter l’attraction et la rétention des femmes en emploi.  Un accompagnement sera effectué pour le développement de politiques et mesures d’intégration des femmes, de conciliation famille-travail, de harcèlement psychologique et sexuel et d’équité salariale par le Centre d’intégration au marché de l’emploi (CIME). 

Formation et accompagnement en ADS +

Une offre de formations en analyse différenciée selon les sexes (ADS) avec une approche intersectionnelle (+) sera offerte aux MRC de l’Estrie.  Une sensibilisation des milieux locaux aux particularités de l’approche et un accompagnement au besoin seront proposés pour s’assurer d’en retirer les pleins bénéfices.

Outiller les femmes intéressées à investir le palier municipal

PEPINES (Promotions des estriennes pour initier une nouvelle équité sociale) offrira du mentorat et de la formation aux femmes intéressées à occuper un poste d’élue afin d’augmenter la représentation féminine du palier municipal en Estrie.   En partenariat avec différents ministères (MAMH,  Secrétariat à la condition féminine), l’organisme informera  les femmes sur les différents programmes pouvant leur être utiles pour se présenter aux élections et par la suite se maintenir en poste.  On vise à susciter l’intérêt et aider les femmes pour atteindre une meilleure parité entre les femmes et les hommes au niveau municipal.

Les MRC de l’Estrie intègrent les femmes immigrantes :

Le comité femmes de la Fédération des communautés culturelles de l’Estrie souhaite créer des alliances stratégiques avec les agents d’accueil et immigration des MRC pour faciliter l’intégration et la rétention des femmes immigrantes en prenant en compte leurs réalités.  L’organisme fera une promotion de l’attrait des MRC en visant une intégration positive en milieu rural, ce qui augmentera l’autonomisation économique des femmes immigrantes  

Des milieux sécuritaires dans nos MRC :

Le centre des femmes le point d’ancrage souhaite diminuer les situations de violence faite aux femmes par la création de milieux plus sécuritaires. Premièrement, une consultation publique sera faite dans toutes les municipalités des MRC identifiées (des Sources et Coaticook)  afin d’identifier les endroits publics que les femmes craignent de fréquenter pour leur sécurité. 

Deuxièmement, une évaluation sera faite pour identifier es meilleures conditions d’implantation d’un système pérenne de partage sécuritaire de garde d’enfants en milieu rural dans les cas de violence conjugale.

Sur la photo, de gauche à droite : Viviane Doré-Nadeau (CAFE), Marypascal Beauregard (CAFE), Mariame Cissé (FCCE), Catherine Durocher (Centre des femmes Le point d’ancrage) et Geneviève Collette (CIME).