© 2019  Tous droits réservés

ConcertAction Femmes Estrie

Mission

 

ConcertAction Femmes Estrie (CAFE), un réseau féministe régional, a été créé pour répondre à des besoins de liaison, de concertation et de solidarité. Avec ses groupes membres, CAFE intervient dans une pluralité de domaines tels la santé, l'éducation, la lutte contre la pauvreté et la violence, le développement social et l'accès aux instances décisionnelles.

Mandat

 

La solidarité n’est pas qu’une option ou une attitude. C’est un instrument pour la lutte, une responsabilité, un choix de méthode… c’est un mandat. Autour d'une table régionale de groupes de femmes, pour relever les défis féministes en région, nous nous référons constamment à nos mandats qui sont :

 

  • Regrouper, faire connaître et soutenir les groupes de femmes en Estrie;

  • Favoriser la concertation entre les groupes de femmes en vue d’actions et de prises de positions collectives;

  • Maintenir et développer une solidarité régionale et nationale entre les groupes de femmes;

  • Travailler à l’amélioration de la qualité et des conditions de vie des femmes et des groupes de femmes dans une perspective féministe;

  • À titre d’alliée, représenter les intérêts des femmes et des groupes de femmes auprès des différentes instances régionales et nationales;

  • Assurer les liens entre les groupes de femmes de l’Estrie et ceux des autres régions du Québec.

Approche utilisée : ADS+

L'analyse différenciée selon les sexes dans une perspective intersectionnelle est utilisée par ConcertAction Femmes Estrie.

L’analyse différenciée selon les sexes (ADS) a été identifiée pour la première fois à Beijing en 1995 dans le plan d’action de la 4e Conférence mondiale des Nations Unies sur les femmes alors que des outils pour favoriser l’atteinte de l’égalité étaient recherchés.

 

L’ADS+ est souvent présentée comme un simple outil de gestion. En visant à inscrire l’égalité entre les femmes et les hommes au cœur du processus décisionnel, l’ADS est bien plus que cela! Elle permet de recueillir des données ventilées selon le sexe, tant quantitatives que qualitatives et elle « attire l’attention sur les effets sexués des politiques. Elle éclaire ainsi la prise de décisions et l’oriente vers des interventions qui maximisent ses retombées égalitaires ».

 

Même si l’intégration de l’ADS+ au sein d’une instance implique du temps de formation et d’accompagnement en premier lieu, l’intégration de l’ADS+ ne demande aucun effort supplémentaire, puisque cette approche aura alors été comprise par les membres de l’équipe et fera partie intégrante des approches et des manières de travailler au quotidien.

 

En ce moment, l’ADS+ est davantage considérée comme une charge administrative supplémentaire puisque son intégration est combinée aux réformes et aux réorganisations des instances territoriales, dans un contexte de coupures et de restrictions budgétaires. Il est donc impératif d’augmenter le soutien dans son implantation complète, afin qu’elle ne soit pas réduite simplement à la production et à la présentation de données ventilées selon les sexes. Même si celles-ci sont essentielles, elles ne sont toujours pas universellement disponibles ; dans certains cas, elles n’existent pas et dans d’autres, elles sont colligées, mais non accessibles. Elles sont surtout insuffisantes sans une analyse incluant les rapports sociaux de sexes.

 

L’adoption d’une perspective féministe intersectionnelle, capable d’intégrer et de mieux concilier les impacts des différents systèmes d’oppression que subissent les femmes, s’impose pour considérer leurs réalités différenciées au sein d’un système dans lequel perdurent encore les inégalités de pouvoir entre les sexes. Cette analyse est essentielle dans la construction d’une réelle égalité.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

L'approche intersectionnelle se manifeste dans la pratique à ConcertAction femmes Estrie par l'inclusion de toutes les femmes.

 

Voici quelques exemples de cette inclusion :

  • Production d'un site web accessible pour les malvoyants avec possibilité de grossir les caractères

  • Utilisation dans nos documents d'un langage compréhensif pour les membres des nos groupes membres

  • Visuel qui inclut la diversité des femmes : différentes couleurs de peau, différents âges, différents corps, etc.

  • Intégration dans nos travaux des réalités des femmes à la croisée des oppressions : LGBTQIA+, femmes racisées, femmes immigrantes, femmes avec limitation fonctionnelle, femme en situation de pauvreté, etc.

 

Quand on parle de croisée des oppressions, on parle des grands systèmes d'oppression dans notre société: patriarcat, capitalisme, colonialisme, racisme, capacitisme, âgisme, etc. qui ne donne pas accès aux mêmes droits pour toutes les personnes. Le symbole souvent utilisé pour illustrer cette approche sont des cercles de différentes couleurs qui se rencontrent au milieu.

POUR ALLER PLUS LOIN...
Projet ADS, un site d'éducation populaire développé par le Centre D’Main de Femmes à Salaberry-de-Valleyfield
Guide synthèse de l'ADS, par le Secrétariat à la condition féminine
► L’analyse différenciée selon les sexes (ADS) : où en sommes-nous dix ans après ?, par l'IREF et Relais-Femmes
Comment utiliser l'ADS dans les organisations de la CSN et les syndicats locaux, dépliant et powerpoint disponibles en ligne
► Boîte à outils sur le développement régional et l’analyse différenciée selon les sexes, par ORÉGAND
► Quelles sont les différences entre l'intervention féministe et l'intervention féministe intersectionnelle? Apprenez-en plus ici!
VIDÉO : «L'urgence de l'intersectionnalité», conférence de Kimberlé Crenshaw (18min50)
Le vidéo est en anglais ; il est possible d'ajouter des sous-titres en français (ou autre langue) à même le vidéo. Bonne écoute!